Par Emmanuel Sayer

Photo par Kim Ing

L’émission La Chasse se concentre sur la musique canadienne francophone émergente depuis 2011 sur les ondes de CHUO 89,1 FM. Animée par Jonathan Chagnon, Samuel Perreault, Jean-François Roy & Louis-Dominique Bertrand, La Chasse prendra tristement fin le 20 décembre prochain. On a donc voulu leur parler de leur expérience.

Comment est-ce que La Chasse a commencé?

À la base, nous sommes des amis amateurs de musique émergente, friands de concerts. Dès notre arrivée dans la région, nous avons constaté que la scène émergente francophone était mal connue et avait peu de visibilité. Samuel, qui écoutait CHUO régulièrement, nous a alors proposé de créer une émission qui serait consacrée à la musique franco-canadienne émergente.

N’ayant jamais fait de radio auparavant, on a d’abord hésité, mais il a su nous convaincre, puis on a soumis un projet à CHUO. Le directeur de la programmation de l’époque, Étienne Dubuc, a été très enthousiasmé par notre concept qui était de nous concentrer sur environ deux artistes chaque semaine et de présenter plusieurs de leurs pièces et collaborations. Avec le temps, on a ajouté une chronique pour parler des concerts francophones locaux, puis on a tenté de faire une place de plus en plus grande aux artistes de la région.

Y a-t-il des faits saillants qui ont marqué l’émission? Des entrevues préférées? De meilleurs souvenirs?

On ne peut passer à côté de la bataille des iPod au Petit Chicago qui a eu lieu à nos tout débuts. On venait à peine de commencer à CHUO, que l’équipe de la station nous avait convaincu de nous joindre à eux pour cette compétition amicale avec RÉÉL-Radio. À tour de rôle, deux équipes s’affrontent en jouant de courts extraits musicaux, et la foule décide laquelle offre la meilleure performance. On était les p’tits nouveaux à la station, mais on a décidé d’y mettre le paquet. Pour l’occasion, on a déguisé Jonathan en lapin, alors que les autres animateurs de La Chasse portaient un habit de chasseur. Contre toute attente, notre enthousiasme et notre énergie nous avons permis de remporter la coupe! Mais surtout, cette expérience nous avons permis de réellement entrer en contact avec la communauté, de nous faire distinguer des autres animateurs au public.

Un autre moment marquant fut sans contredit notre première entrevue avec Mehdi Cayenne en 2013. C’était la première fois que l’on recevait un artiste en studio. Mehdi est donc arrivé avec sa guitare, et a insisté pour présenter une pièce live. On n’était ni préparé ni équipé pour répondre à une telle demande. Mais ce n’est certainement pas ce détail qui allait arrêter Mehdi. Il a déplacé quelques micros, s’est installé, et nous a dit de ne pas nous inquiéter que tout fonctionnerait à merveille! Il avait raison! Ravi de l’expérience, on a par la suite mené de nombreuses autres entrevues, avec performance, en direct des studios.

Finalement, on ne peut passer sous silence notre 200e émission. Pour l’occasion, on était en direct du bar Le Troquet dans le Vieux-Hull. C’était vraiment excitant de faire une émission devant le public. Le bar était rempli, nos amis étaient sur place et on avait aussi invité Mehdi Cayenne et D-Track à jouer quelques pièces. Un véritable succès.

Votre participation dans l’émission La Chasse a ouvert la porte à différentes opportunités. lesQuelles ont été les plus incroyables?

Notre objectif a toujours été de faire découvrir les artistes francophones émergents. Ainsi, lorsque des opportunités à l’extérieur de CHUO se sont présentées, on a toujours accepté volontiers d’y participer.

On a d’abord été approché par l’équipe de BRBR à TFO qui cherchait un ou deux blogueurs pour couvrir Ottawa-Gatineau. Ainsi, depuis 2012, Jonathan et Samuel écrivent régulièrement des articles pour BRBR à propos de la scène locale, en se concentrant particulièrement sur les artistes francophones.

On a également eu la chance d’avoir une chronique à l’émission Entre-nous sur Télé Rogers, et de réaliser des capsules vidéos avec des artistes pour le Festival de l’Outaouais Émergent en 2013.

Mais ce qui nous rend le plus heureux, c’est que La Chasse est maintenant diffusée sur le réseau de l’Alliance des radios communautaires du Canada, ainsi qu’à CJAM FM à Windsor-Détroit. C’est vraiment incroyable de savoir que notre émission est diffusée dans les communautés francophones de partout au pays, d’Halifax à Yellowknife en passant par Winnipeg et Plamondon en Alberta. Ça nous permet de partager nos découvertes et de faire rayonner les artistes franco-émergents partout au Canada, spécialement les artistes locaux.

Quelle est l’importance des médias indépendants pour la musique émergente francophone?

Dans un milieu frontalier comme Ottawa-Gatineau, les médias indépendants permettent de faciliter les échanges entre les deux communautés linguistiques. C’est encore plus vrai dans une station bilingue comme CHUO.

La plupart des artistes que l’on présente à La Chasse n’ont habituellement pas la chance de jouer dans d’autres stations, c’est donc plus difficile pour eux de se faire connaitre. Puis en faisant la promotion des concerts d’artistes moins connus et d’artistes locaux, on permet aux gens d’être au courant de ce qui se passe dans leur communauté, et de soutenir les artistes et les promoteurs. Ça aide également à maintenir une scène locale vibrante.

De plus, ayant la chance d’être diffusé dans plusieurs communautés francophones minoritaires d’un bout à l’autre du pays, on permet aux auditeurs de ces communautés, surtout aux jeunes, de découvrir qu’il se fait des trucs extraordinaires en français. Dans un milieu minoritaire, on est rarement exposé à la musique francophone, c’est donc difficile de découvrir de nouveaux artistes. Avec une émission comme La Chasse, on essaie de montrer qu’il y a d’excellents artistes qui s’expriment en français et qu’il existe une grande diversité de style. Il y en a pour tous les goûts, il suffit de savoir où chercher!